Lettre ouverte et publique à la conférence des élus

Arlon, le 03 avril 2014.

A l’occasion de cette première Assemblée des élus de la province de Luxembourg, la CSC Luxembourg se réjouit de l’initiative et vous souhaite un bon travail.
Notre territoire a effectivement besoin de retrouver une cohérence et surtout une force de frappe collective au profit de ses institutions et associations (moyens), mais surtout au profit de ses citoyens, travailleurs actifs ou mis de côté.
Fin des années 1990 notre territoire a été précurseur en matière de prospective territoriale en lançant « Luxembourg 2010 » et en activant ses grappes. Bon nombre de réussites sont à engranger. A l’époque nous servions de référence et un certain nombre d’autres territoires sont passés par chez nous pour un travail d’apprentissage, pour une recherche de bonnes pratiques.
Aujourd’hui nous devons avoir conscience de l’excellent travail fait par d’autres. Nous ne citerons, qu’à titre d’exemples, les Conseils de Développement de WAPI, Coeur de Hainaut, Charleroi – Sud Hainaut, Liège, Axud. Leur travail régulier et permanent influence les décrets de la Région Wallonne ou des projets fédéraux.
C’est bien ce travail régulier et permanent qui permet de répondre aux défis mais surtout d’anticiper pour demain. Les réunions (souvent mensuelles) des autres Conseils de Développement leur ont permis d’acquérir une force de frappe grâce à leur cohésion et à la confiance réciproque que chacun des acteurs a décidé de mettre dans ce processus collectif.
Pour notre part il nous reste la grappe « Langues » et « les jeunes ont du talent ».

Réseaulux est en situation de mort clinique

Nous devons admettre que notre processus territorial est aujourd’hui en situation de mort clinique. Pendant que d’autres avancent collectivement, nous ne sommes plus en mesure de nous réunir et de porter des projets collectifs pour l’ensemble du territoire. Pendant que d’autres se réunissent à une cinquantaine d’acteurs de développement à un rythme très régulier, Réseaulux a du mal à atteindre le quorum nécessaire à la tenue légale de son assemblée générale annuelle.
La question de la volonté politique collective doit faire partie de vos débats.

Premier pas : la conférence des élus.
L’efficacité : un Conseil de Développement

Cette première réunion des élus est un bon premier pas. La CSC Luxembourg le trouve intéressant sous réserve du plan de travail qui s’en dégagera.
La conférence des élus a toute sa légitimité démocratique car le reflet de la réalité des urnes et donc du choix des citoyens.
Le territoire se forge aussi avec une autre force démocratique qu’est l’engagement citoyen dans ses associations et ses institutions représentatives au plan social, culturel et sportif ainsi qu’économique.
Un vrai développement cohérent et prospectif passera par une forme de Conseil de Développement associant, en permanence, les deux forces.
Il est à noter qu’actuellement la Région Wallonne subventionne sous diverses formes bon nombre de Conseils de Développement d’autres territoires.
Une tuyauterie au service de projets
Une instance n’a de sens que pour les projets qu’elle portera.
Il est indéniable que nombre de dossiers s’imposent à nous afin d’être acteurs de notre développement au sein d’une région wallonne qui aura encore plus de place après la mise en oeuvre de la 6ème réforme de l’état.
Le premier débat pour notre territoire sera de nous positionner face à une politique wallonne qui désigne la commune comme territoire pertinent en premier lieu. La CSC Luxembourg pense que cette dimension est défavorable pour les 44 communes de notre ressort car ne correspondant pas à une échelle suffisante. La commune comme lieu de réceptacle privilégié est probablement une stratégie (voulue ou non) de mieux diviser en vue de négociations pour lesquelles les grosses communes (hors province de Luxembourg) auront un atout majeur. La CSC Luxembourg est d’avis que ces préjugés imposés sont à modifier. Par ailleurs, la logique de communauté de communes est une solution imparfaite pour notre territoire pour une majorité de nos défis.
Très concrètement, et seulement à titre d’exemples dans une liste non limitative, la CSC Luxembourg a identifié quelques dossiers à construire, consolider, défendre.
Hormis les deux premiers qui nous paraissent prioritaires, nous n’avons pas figé d’ordre d’importance. Voici nos souhaits de travaux :
  • Finalisation des travaux « Réseaulux » concernant le dossier SDER (Schéma de Développement Régional) avec son complément provincial indispensable.
  • Mobilité sur l’ensemble du territoire avec l’ensemble des outils de mobilité. La CSC Luxembourg tient à disposition un dossier comple
  • Comment utiliser au mieux les ressources potentielles et opportunités qui seront ouvertes par les futures DPR (Déclaration de Politique Régionale) et DPC (Déclaration de Politique Communautaire) résultant de l’installation des futurs gouvernements régionaux et communautaires.
  • Enseignement supérieur et enseignement qualifiant en province de Luxembourg
  • Plan…S Marshall et pôles de compétitivité : l’ancrage réel et le potentiel non encore exploité
  • Vieillissement de la population : des opportunités à saisir
  • Nos communes comme leviers économiques mais aussi de cohésion sociale : un travail en commun est-il plus productif ? Qu’est-ce qui est du ressort d’un Conseil de Développement ou de la Conférence des élus ?
  • Les outils publics comme réponse à l’appauvrissement de la population en général et des travailleurs en particulier.
  • Le Culturel comme outil de développement humain et d’attrait territorial
  • Le soutien aux associations, complément vital à l’action publique.

L’anticipation et les propositions sont, pour la CSC Luxembourg, gages de plus de résultats que les seules réactions après coup.
Décloisonnement
Un projet de territoire ne signifie pas un repli sur soi et ne compte que sur ses propres forces. Nous devons donc ainsi inscrire les travaux de notre Conseil de Développement dans des liens permanents avec les partenaires de l’axe lotharingien (Namur – Brabant Wallon), le pôle majeur de Liège, la métropole luxembourgeoise au sens large et les régions Lorraine et Champagne Ardenne en France.
Nous devons bien entendu nous inscrire dans la logique de la Grande Région mais nous devons aussi asseoir des relations bilatérales permanentes avec les territoires voisins. Les contacts et échanges ne peuvent se limiter à quelques décideurs institutionnels.
Au niveau international, notre territoire doit recevoir mandat de la Région Wallonne, si cette dernière n’a pas le temps d’un investissement temps permanent.
Gouvernance : des décisions à prendre
La CSC Luxembourg constate que depuis deux ans environ nos 4 partis ont retiré leur confiance au processus territorial « Réseaulux » et à son président, le Gouverneur CAPRASSE.
La quasi absence des partis politiques aux réunions ainsi que le défaut de mandat donné au président de Réseaulux ont entraîné une paralysie d’un processus territorial d’ambition.
L’occasion de cette assemblée des élus est probablement un moment opportun de dynamisation des forces de progrès.
La CSC Luxembourg demande un décision forte en matière de gouvernance de la part des 4 partis représentés au sein de cette assemblée des élus.
Il faut un « patron dans l’avion » et il doit être accompagné par un engagement effectif, réel, volontariste, d’au minimum des responsables des partis politiques de cette province et des responsables des principales associations.
Si l’ancienne formule de gouvernance est rejetée par les partis politiques, dites-le clairement et ouvrez les débats, avec les associations, pour une nouvelle formule à convenir. D’autres territoires ont fait d’autres choix de gouvernance.
A ce stade, il est primordial de lever toute ambiguïté au risque d’être, à nouveau, confronté à des faux semblants.
Pour conclure…
La CSC Luxembourg rappelle son soutien à l’initiative de ce jour et demande une étape complémentaire.
La CSC Luxembourg, comme dans le cadre « Luxembourg 2010 » et « Réseaulux » est prête à se mouiller, avec ses délégués et permanents, dans un vrai travail collectif, prospectif et de développement.
Nous sommes à votre disposition pour débattre et approfondir le contenu de cette lettre ouverte et des conclusions de votre assemblée.
Bon travail
Bruno ANTOINE
Secrétaire Fédéral CSC Luxembourg
bruno.antoine@acv-csc.be